« Je me suis sentie aimée ! »

Christine, 55 ans aujourd’hui, se sépare de son mari en 1994. Solitude et lassitude gangrènent sa foi vacillante, reçue par tradition et non conviction. Les parcours Alpha lui redonnent goût à la prière et… à la vie.


« J’avais 38 ans quand j’ai divorcé, voici 17 ans. Ça n’allait pas. Je ne priais plus. J’avais rompu le lien avec Dieu et avec l’Église. Je me sentais seule. Pourtant, jamais je n’ai douté de l’existence de Dieu mais il manquait quelque chose. Petite fille, élevée dans la tradition chrétienne, j’avais été baptisée mais ma famille était croyante, pas pratiquante. Quand je vivais ma foi, ça les faisait sourire. Ils se moquaient. J’avais l’impression d’être le vilain petit canard. Alors j’ai fini par tout laisser tomber jusqu’en 2008, date à laquelle une amie m’a parlé d’Alpha. Un parcours ? Pourquoi pas. J’avais tellement de questions, presque de la révolte…

Ma fille, t’es la reine des idiotes

La date de la première soirée arrive. J’étais malade comme un chien et je n’y suis pas allée. Ca ne m’a pas découragée. J’attendais beaucoup de ce parcours même si je redoutais inconsciemment d’être jugée. L’accueil des animateurs, à bras ouverts, et le contenu des interventions ont vite eu raison de mes doutes. Dès que l’orateur s’est mis à parler, très vite, je me suis dit : ma fille, t’es la reine des idiotes, tu raisonnes de travers, c’est lui qui a raison.

Ça m’a libérée

Un samedi soir, lors du week-end Alpha, on priait tous ensemble et un organisateur a dit « dans cette pièce, il y a des gens qui se sentent rejetés par leur famille ; Jésus les aime, tels qu’ils sont ». Le peu de carapace qu’il me restait s’est disloqué. J’ai fondu en larmes. Ca m’a tellement libérée ! Je me souviens d’une image qui circulait : on y voyait Jésus derrière une porte sans poignée. De l’autre côté, il y en avait une… Façon de dire : Dieu ne fait que frapper, à nous d’ouvrir ou pas. Il nous laisse libres. Ca m’a fait réaliser que Dieu me tendait la main depuis toujours mais que je ne la prenais pas.

J’ai retrouvé une famille

Rencontre après rencontre, j’ai découvert que je valais autant que les autres aux yeux de Dieu. Une vraie joie. Et puis des liens se sont tissés. À la fin du parcours, j’ai pensé : zut, déjà fini ? et ça m’a fait presque peur. Alors, j’ai décidé d’aller au culte tous les dimanches, suivi du pique-nique rituel. Je me suis également rendue à des « réunions de maison » - rendez-vous hebdomadaires pour un partage biblique. J’ai vraiment retrouvé une famille. Qui prend des nouvelles quand je suis malade. Qui m’entoure.

La prière, maintenant, j’y crois

Un jour, on a lu cette Parole : « Quand deux ou trois soient réunis en mon nom, je suis là, au milieu d’eux. » (Matthieu, 18, 20). J’en suis restée scotchée. Il est là ? Depuis, j’ai redécouvert le sens de la prière. Aujourd’hui, atteinte d’un fibrome, je me confie à Jésus, Il m’accompagne. J’en suis convaincue. Maintenant, je prie régulièrement, je lis la Bible. Aux dernières vacances, par exemple, j’ai pris un temps, chaque jour, pour m’adresser à Dieu, lire sa parole, noter les phrases qui me parlaient. J’ai ainsi trouvé des réponses à mes questions récurrentes. Et ça en a provoqué d’autres ! Enfant, j’avais parcouru les Evangiles mais jamais les Actes des Apôtres ni les Épîtres. Pourtant, c’est très éclairant de découvrir comment les apôtres ont vécu quand Jésus n’était plus physiquement avec eux. À présent, j’ai deux Bibles, pour comparer le récit d’un même événement, raconté par différents évangélistes. Ca me donne un réel éclairage intérieur. Ça fait du bien.

Ça se voit sur ma figure ?

Je ne porte pas de croix, juste un anneau où figure le premier symbole des chrétiens : le poisson. Discret, donc. Pourtant, un jour, des collègues – je travaille dans l’administration - m’ont dit : « De toutes façons, toi, tu as la foi ». Alors que je ne leur en avais jamais parlé ! En rétablissant ce précieux lien avec Dieu, j’ai découvert une Ppaix profonde et ça se voit. Avant, je ronchonnais, ruais dans les brancards. Maintenant, cela arrive encore (!) mais le calme revient toujours. Je me sens comme « réconciliée ». Une manière de témoigner. J’ai tellement reçu. D’ailleurs, après 2008, j’ai décidé d’aider à organiser les trois parcours Alpha suivants. À tous ceux qui hésiteraient encore à s’inscrire, je veux leur dire : si tu te sens seul, viens, il y en a Un qui te tend les bras. Tu n’es pas seul.

La Parole marquante :

« Et moi je vous le dis : demandez et l’on vous donnera ; cherchez et vous trouverez ; frappez et l’on vous ouvrira. Car quiconque demande reçoit ; qui cherche trouve ; à qui frappe on ouvrira. » (Luc, 11, 9-10)


Warning: strstr() expects parameter 1 to be string, array given in /srv/d_vn090305a/var/web/PAA/parcoursalpha.fr/classic/ecrire/inc/texte.php on line 408
Pour Approfondir :
PARTENAIRES
 
PLAN DU SITE

Invitez vos amis à découvrir le site et à venir à un dîner Alpha !


Prénom & Nom :
* Votre Email :
* Email de vos amis
Message